Baume de récupération CBD+Arnica gratuit avec votre commande !

bovē

0 0,00 

Preuves cliniques des propriétés médicinales du cannabis

RÉSUMÉ

Ce rapport examine les preuves scientifiques et les études qui soutiennent et justifient l'utilisation médicinale ou thérapeutique du cannabis ou des médicaments basés sur ses principes actifs : les cannabinoïdes.

Le cannabis et ses dérivés ont suscité un grand intérêt social, scientifique et économique ces dernières années, non seulement parce que plusieurs pays européens développent des politiques dans ce domaine, mais aussi parce que le cadre international concernant le Cannabis est en constante évolution suite à la révision du Comité d'experts de l'OMS sur la dépendance aux drogues en 2018.

Le ministère de la santé du gouvernement espagnol affirme à plusieurs reprises que les preuves de l'utilisation médicinale de cette plante sont insuffisantes, mais cette affirmation n'est pas étayée par les faits, ni par la communauté scientifique de notre pays (et de nombreux autres pays).

Il convient de noter que les risques liés à la consommation de cannabis sont extrêmement faibles, si l'on parle d'un contexte thérapeutique/médical et contrôlé ou si on le compare aux médicaments pharmaceutiques légalement vendus dans notre pays.

La plupart des pays de l'UE autorisent ou sont en train d'envisager d'autoriser l'usage médical du cannabis ou des cannabinoïdes sous une forme ou une autre. Toutefois, les approches adoptées varient considérablement, tant en ce qui concerne les produits autorisés que les cadres réglementaires régissant leur fourniture.

Dans ce contexte, cet article vise à fournir un bref résumé des connaissances scientifiques. Ce rapport a également pour but d'informer et d'éduquer un public de lecteurs intéressés, tels que les décideurs politiques, les professionnels pharmaceutiques et médicaux de notre pays, les patients potentiels et le grand public, afin de comprendre les questions scientifiques et cliniques qui se posent lorsqu'on envisage la possibilité d'utiliser le cannabis ou les cannabinoïdes pour traiter les symptômes de maladies médicales, du cancer aux affections cutanées telles que le psoriasis ou même les dérivés du COVID-19.

CancerEn fin de compte, bien qu'il y ait d'excellentes preuves des propriétés anticancéreuses des études in vitro (lignées cellulaires humaines) et in vivo (chez les animaux de laboratoire), y compris des recherches espagnoles comme celles de Manuel Guzman, il y a peu de preuves et de résultats réels chez l'homme, sauf dans le traitement du carcinome basocellulaire. Toutefois, rares sont ceux qui contestent la grande valeur palliative du cannabis, qui est et a été d'une grande utilité pour de nombreux patients atteints de cancer.
EpilepsieIl existe des preuves solides que la consommation régulière et modérée de cannabis (THC et CBD) contribue à retarder l'apparition et la progression de l'épilepsie et des maladies neurodégénératives.
Douleur chroniqueIl existe un grand nombre de preuves de bonne qualité, y compris des essais cliniques avec contrôle par placebo, démontrant l'efficacité et la sécurité du cannabis dans le traitement de la douleur chronique.
COVID-19Plusieurs études scientifiques ont montré comment certains cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis sont capables d'empêcher l'entrée du coronavirus dans les cellules humaines, ainsi que de neutraliser l'infection.
La maladie de ChronDes essais cliniques récents ont donné des résultats spectaculaires : 50% des patients atteints de la maladie de Crohn ont obtenu une rémission complète et plus de 90% une amélioration substantielle. Les preuves de l'utilisation du cannabis dans la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et d'autres formes de la maladie.
(MII) sont concluants.
Psoriasis/EczémaCertaines études suggèrent que le cannabis pourrait être utile pour ralentir la croissance accélérée des kératinocytes. Ce sont les cellules immatures de la peau que l'on trouve chez les personnes atteintes de psoriasis.
Sclérose en plaquesIl existe un consensus clair parmi les scientifiques et les médecins sur le fait que le cannabis est sûr et efficace comme traitement palliatif de la SEP. D'autres recherches prometteuses sont en cours pour savoir si le cannabis peut avoir un effet curatif en favorisant la réparation de la gaine de myéline dans les neurones.

Conclusion

Le cannabis offre clairement des avantages thérapeutiques significatifs pour un large éventail d'affections, sans risque substantiel pour la santé humaine.

Quelles sont les preuves scientifiques disponibles ?

Les études et essais cliniques publiés dans PubMed se réfèrent à plus de 27 000 études ou revues publiées sous les termes de recherche Cannabis, cannabinoïdes ou marijuana ; près de la moitié de ces études ont été publiées au cours des huit dernières années.

Les cannabinoïdes sont des substances naturelles présentes dans la plante de cannabis qui agissent sur des récepteurs spécifiques du cerveau et du corps humain dans ce qu'on appelle le système endocannabinoïde. Les deux substances moléculaires les plus connues sont le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), mais certains des 103 autres composés, notamment les cannabinoïdes mineurs, les terpènes et les flavonoïdes présents dans la plante de cannabis, se révèlent également avoir des usages médicaux (Russo et Marcu, 2017). Les cannabinoïdes sont également présents de manière endogène dans le corps humain (endocannabinoïdes), mais ceux qui sont consommés à des fins médicales peuvent provenir de la plante de cannabis (également appelés phytocannabinoïdes) ou être synthétisés en laboratoire (cannabinoïdes de synthèse). Les cannabinoïdes synthétiques peuvent produire des effets similaires aux phytocannabinoïdes (Iversen, 2007), bien que des études aient montré une plus grande efficacité pour ceux extraits de la plante que pour les cannabinoïdes synthétiques, car leur structure chimique peut varier de celle d'un cannabinoïde naturel.

Comparés à certains médicaments ou drogues utilisés quotidiennement aujourd'hui, très peu d'entre eux ont fait l'objet de multiples essais cliniques à grande échelle ou ont des milliers d'années d'expérience réelle derrière eux, comme c'est le cas du cannabis et des cannabinoïdes. Une analyse récente a montré que, dans des pays comme les États-Unis, environ un tiers des médicaments pharmaceutiques sont approuvés sur la base d'un seul essai clinique, et beaucoup de ces essais ont été menés avec très peu de sujets et sur une courte durée. La réalité est donc qu'il existe une énorme quantité de littérature scientifique sur le cannabis qui soutient sa sécurité relative lorsqu'il est utilisé comme médicament, et ce à un niveau beaucoup plus rigoureux et complet que pour la plupart des produits pharmaceutiques.

Des preuves archéologiques et historiques indiquent également que l'humanité utilise le cannabis depuis au moins 10 000 ans.

Effets secondaires et risques

Le cannabis, comme tout autre médicament ou drogue, n'est pas exempt d'effets secondaires, principalement causés par sa psychoactivité (THC). Cependant, les preuves des méfaits causés par le fait de fumer ou de vaporiser du cannabis sont faibles lorsqu'elles sont ajustées en fonction de la consommation de tabac ou d'alcool, certaines études suggérant un effet protecteur contre le cancer et les maladies neurodégénératives (OrrinDevinsky et al. 2015). Les preuves liant la consommation de cannabis à la psychose sont très bien documentées, surtout dans le cas d'un usage récréatif à un âge précoce de la première consommation, mais les risques sont extrêmement faibles dans un contexte thérapeutique par rapport aux médicaments pharmaceutiques légaux.

Les risques à court terme pour la santé associés à l'usage médical du cannabis et des cannabinoïdes, selon les essais menés, étaient similaires à ceux d'autres médicaments d'usage courant et étaient liés à des symptômes tels que vertiges, sécheresse de la bouche, désorientation, nausées, euphorie, confusion et somnolence. Les effets indésirables documentés sont rares. Il y a moins de preuves sur les risques pour la santé de l'utilisation médicale à long terme des cannabinoïdes, mais dans l'ensemble, ceux qui sont rapportés sont similaires à ceux qui sont rapportés pour l'utilisation à court terme.

Études et essais cliniques

Cancer

Les propriétés anticancéreuses de divers phytocannabinoïdes, tels que le THC (tétrahydrocannabinol), le CBD (cannabidiol), le CBG (cannabigérol) et d'autres cannabinoïdes (c'est-à-dire le CBN, le THCa, le CBDa) sont bien établies. Les scientifiques les étudient depuis le début des années 1970 et plus de 1400 articles ont été publiés sur les cannabinoïdes et le cancer.

Il est également bien établi que le cannabis aide à atténuer les effets secondaires des traitements contre le cancer, notamment les nausées et le manque d'appétit. Le cannabis est également capable de soulager l'anxiété, la dépression, l'insomnie et les troubles de l'humeur chez les patients atteints de cancer.

D'une manière générale, s'il existe des preuves solides de propriétés anticancéreuses in vitro (lignées de cellules humaines) et in vivo (animaux), notamment dans notre pays, le cannabis n'est pas un produit toxique. Cependant, rares sont ceux qui nieraient que la valeur palliative du cannabis est très bénéfique pour de nombreux patients atteints de cancer.

Des essais cliniques sur la douleur cancéreuse et le traitement du gliome cérébral sont en cours :

Cannabinoïdes pour le traitement du cancer : progrès et promesses. Cancer Res. 2008. http://cancerres.aacrjournals.org/content/68/2/339

Le cannabidiol induit la mort cellulaire programmée dans les cellules du cancer du sein en coordonnant l'interaction entre l'apoptose et l'autophagie. Mol Cancer Ther. 2011. http://mct.aacrjournals.org/content/10/7/1161.long

Les cannabinoïdes : un nouvel espoir pour le traitement du cancer du sein ? Cancer Treat Rev. 2012 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22776349

Guzman et al,. 2021 rapportent : "Il a été démontré que les cannabinoïdes végétaux, synthétiques et endogènes contrôlent une grande variété de processus biologiques, y compris la régulation du destin cellulaire dans les cancers. Leur promesse en tant qu'agents antitumoraux à large spectre dans les modèles précliniques a conduit au lancement d'essais cliniques pilotes. La session 5 du symposium de l'Institut national du cancer sur le cannabis, les cannabinoïdes et la recherche sur le cancer donne un aperçu de ce sujet de recherche." (https://www.liebertpub.com/doi/pdf/10.1089/can.2018.0009)

Epilepsie

De nombreux parents ont des enfants atteints d'épilepsie réfractaire. Ce groupe de parents a rapporté que les huiles riches en cannabinoïdes, comme le CBD (cannabidiol), réduisent la fréquence et la gravité des crises ou des convulsions épileptiques de leurs enfants (Devinsky et al., 2016 ; Hussain et al., 2015 ; Press et al., 2015). Ces rapports ont été fortement étayés par un vaste essai ouvert (Devinsky et al., 2016 ; Devinsky et al., 2017). Une revue systématique des essais cliniques menés depuis (Stockings et al, 2018) a révélé que l'ajout de CBD aux médicaments antiépileptiques conventionnels produit une réduction significative de la fréquence et de l'intensité des crises chez les enfants atteints du syndrome de Dravet.

Association britannique de l'épilepsie, 2021.

"Un examen récent des preuves a révélé qu'une personne sur 8 prenant du CBD aurait une réduction de 50% ou plus des crises. Un nombre beaucoup plus faible (moins de 1 sur 150) serait exempt de crises. Les patients ont signalé des effets secondaires très légers et occasionnels de la prise de CBD."

Douleur chronique

La douleur chronique est la maladie pour laquelle le cannabis est le plus couramment utilisé. Il semble être particulièrement efficace dans les douleurs neuropathiques pour lesquelles les opioïdes, les AINS et d'autres médicaments sont inefficaces. Il semble également réduire la dose nécessaire lorsqu'il est utilisé en conjonction avec des opioïdes.

Le THC, le CBD et les autres cannabinoïdes ont chacun des effets différents, à la fois comme analgésiques et sur la perception de la douleur. Les patients déclarent souvent que, même si la douleur n'est pas éliminée, le cannabis les aide à y faire face, en modifiant leur perception et en leur permettant de se concentrer sur autre chose.

Il existe un grand nombre de preuves scientifiques, y compris des essais cliniques, démontrant l'efficacité et la sécurité du cannabis dans le traitement de la douleur chronique. Les preuves à l'appui du Cannabis et des cannabinoïdes dans le traitement de la douleur, y compris la migraine et les maux de tête, avec les mécanismes neurobiologiques associés de modulation de la douleur, ont été bien décrites (Medical Cannabis for the Treatment of Chronic Pain : A Review of Clinical Effectiveness and Guidelines, 2019).

Le soulagement de la douleur est l'une des actions médicinales et thérapeutiques des cannabinoïdes pour laquelle il existe le plus de preuves dans les études précliniques et cliniques. En fait, toutes les revues ou méta-analyses s'accordent sur ce point (par exemple, les rapports officiels de Santé Canada ou de la US National Academy of Sciences affirment le potentiel thérapeutique de ces composés dérivés du cannabis). Le mécanisme d'action dans notre corps est similaire à celui des opiacés, sans les effets secondaires de ces derniers. Les récepteurs cannabinoïdes CB1 sont
sont situés, de manière presque identique aux récepteurs opioïdes, dans pratiquement toutes les voies nerveuses impliquées dans le contrôle de la douleur (voies ascendantes et descendantes et voies centrales et périphériques).

2007. American Journal of Pain.

"Cette étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves que le cannabis peut être efficace pour améliorer la douleur neuropathique, et peut être une alternative pour les patients qui ne répondent pas ou ne peuvent pas tolérer d'autres médicaments.

2008. Journal of American Neuropsychopharmacology.

"Le cannabis fumé était généralement bien toléré et efficace lorsqu'il était ajouté à un traitement analgésique concomitant...."

Andreae et al, 2015 ont rapporté une méta-analyse de 178 patients souffrant de divers types de douleurs neuropathiques dans cinq essais contrôlés randomisés, dans lesquels du cannabis à base de plantes inhalé et vaporisé était administré. Les patients ont été évalués pendant 2 semaines. Les auteurs ont constaté que les patients qui ont vaporisé du cannabis étaient trois fois plus susceptibles de signaler une réduction de la douleur 30% par rapport à ceux qui ont reçu un placebo.

COVID-19

La propagation du SRAS-CoV-2 et la pandémie actuelle de COVID-19 soulignent la nécessité de nouveaux traitements.

"Nous rapportons ici que le cannabidiol (CBD) inhibe l'infection par le SRAS-CoV-2 dans des cellules et chez la souris (cellules épithéliales pulmonaires). La CBD agit après l'entrée du virus, inhibant l'expression des gènes viraux et inversant de nombreux effets du SRAS-CoV-2 sur la transcription des gènes de l'hôte. La CBD inhibe la réplication du SRAS-CoV-2 en partie en régulant la réponse au stress du réticulum endoplasmique (RE) de l'ARN de l'hôte et les voies de signalisation de l'interféron. L'utilisation de formulations non médicinales, y compris les comestibles, les inhalants ou les topiques, comme thérapie préventive ou thérapeutique est actuellement découragée. "(Long Chi Nguyen et al,. 2022)

"Dans des essais de suivi de neutralisation du virus, l'acide cannabigérolique (CBGa) et l'acide cannabidiolique (CBDa), deux composants présents dans les fleurs des plantes de Cannabis, ont empêché l'infection des cellules épithéliales humaines par un pseudovirus exprimant la protéine... et ont empêché l'entrée du SARS-CoV-2 vivant dans les cellules". (Richard B van Breemen et al., 2021)

la maladie de Crohn

La maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et d'autres formes de maladies inflammatoires de l'intestin (MII) sont largement traitées avec succès grâce au cannabis.

Un essai clinique avec un extrait de cannabis pour traiter la colite ulcéreuse a été conclu par GW Pharmaceuticals en 2014. De manière anecdotique, de nombreuses études font état d'améliorations indéniables des symptômes peu après la consommation de cannabinoïdes, par exemple l'arrêt des saignements rectaux ou l'augmentation de l'appétit.

Des essais cliniques récents ont donné des résultats spectaculaires : 50% des patients atteints de la maladie de Crohn ont obtenu une rémission complète et plus de 90% une amélioration substantielle.

2013. Gastro-entérologie et hépatologie cliniques

"Dans cet essai, le cannabis a induit une rémission clinique chez 50% des patients. Si l'on considère que nos participants souffraient depuis longtemps de la maladie de Crohn, avec un 80% de non-réponse ou d'intolérance aux anti-TNF-a, ce résultat est impressionnant".

2014. Journal de la pharmacologie

"Le cannabis sativa a répondu aux attentes et s'est révélé très efficace dans les cas de maladies inflammatoires de l'intestin... Le cannabis produit des avantages cliniques significatifs chez les patients atteints de la maladie de Crohn".

2019. Le cannabis dans les maladies inflammatoires de l'intestin (MII)

"Les deux principaux composants du cannabis, le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC), ont été largement étudiés et il a été prouvé qu'ils ont des effets anti-inflammatoires. Les propriétés de ces composés dans le contrôle symptomatique de multiples maladies intestinales ont été largement décrites. Néanmoins, des études de haute qualité sont suggérées pour évaluer davantage l'efficacité et la sécurité de la consommation de cannabis chez les patients atteints de MICI " (Camilo Castañeda Cardona et al. 2019).

Psoriasis/Eczéma

National Psoriasis Association (USA), 2021 : "Le CBD a la capacité de se lier aux récepteurs du corps qui font partie du système cannabinoïde humain, appelés endocannabinoïdes, qui peuvent influencer la douleur, les démangeaisons et les mécanismes inflammatoires", explique le Dr Friedman. "Nous savons que lorsque la CBD se lie au CB2 [récepteur cannabinoïde de type 2], ainsi qu'à d'autres récepteurs, elle peut participer non seulement à l'activité anti-inflammatoire, mais aussi faciliter un certain nombre d'activités qui résolvent l'inflammation. Il peut stimuler la sécrétion et le recrutement de cellules qui sont importantes pour éliminer les débris et permettre une maturation et une cicatrisation correctes de la peau."

"L'administration topique de crème au CBD (Cannabidiol) est une alternative non invasive sûre et efficace pour améliorer la qualité de vie des patients souffrant de certains troubles cutanés, notamment de type inflammatoire" (B. Palmieri et al. 2019) "Bien qu'un ensemble de preuves précliniques suggère que l'application topique de CBD peut être efficace pour certains troubles cutanés, tels que l'eczéma, le lapsoriasis, le prurit et les conditions inflammatoires, l'efficacité clinique confirmée et l'élucidation des mécanismes moléculaires sous-jacents doivent encore être pleinement identifiés." (Sudhir M Baswan, et al 2020)

Sclérose en plaques (SEP)

La sclérose en plaques est la maladie qui a été le plus associée à l'utilisation thérapeutique du cannabis. C'est l'utilisation illicite croissante du cannabis pour traiter la sclérose en plaques qui a conduit à l'enquête de la commission des sciences et de la technologie de la Chambre des Lords en 1998. L'approbation du Sativex (nabiximols) pour le traitement de la spasticité dans la sclérose en plaques est le premier médicament à base de cannabis autorisé dans le monde moderne.

La plupart des patients atteints de SEP souffrent également de douleurs chroniques, pour lesquelles des preuves ont été présentées en faveur du cannabis médical.

Des essais cliniques ont évalué l'efficacité des cannabinoïdes dans le traitement des spasmes musculaires et des douleurs neuropathiques chez les patients atteints de sclérose en plaques, une maladie neurodégénérative. Le produit le plus testé a été le nabiximols (Sativex), un extrait de cannabis standardisé contenant des quantités approximativement égales de THC et de CBD sous forme d'aérosol.

Il existe un consensus clair parmi les scientifiques et les médecins sur le fait que le cannabis est sûr et efficace comme traitement palliatif de la SEP. D'autres recherches prometteuses visent à déterminer si les cannabinoïdes peuvent avoir un effet curatif en favorisant la réparation de la gaine de myéline.


RÉFÉRENCES

  1. PubMed Central http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/
  2. Preuves archéologiques de la tradition d'utilisation de plantes psychoactives dans l'Ancien Monde. Tableau 1.
  3. Botanique économique, 2003. http://www.jstor.org/stable/4256701?origin=JSTOR-pdf
  4. Analyses phytochimiques et génétiques du cannabis ancien d'Asie centrale. J. Exp. Bot. 2008.
  5. http://jxb.oxfordjournals.org/content/59/15/4171.full
  6. Apprivoiser le THC : synergie potentielle du cannabis et effets de l'entourage des phytocannabinoïdes-terpénoïdes. Ethan B Russo. 2011 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3165946/#b42
  7. A tale of two cannabinoids : the therapeutic rationale for combining tetrahydrocannabinol andcannabidiol. Russo E, Guy GW. 2006 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16209908/
  8. Les terpénoïdes, cannabinoïdes "mineurs", contribuent à "l'effet d'entourage" des médicaments à base de cannabis. F. Gardner 2011 http://www.beyondthc.com/wp-content/uploads/2012/08/EntourageEffect.pdf
  9. La science des cannabinoïdes. Mécanisme d'action. GW Pharma. http://www.gwpharm.com/mechanism-ofaction.aspx
  10. Lignes directrices sur la sclérose en plaques, 1.5.23, NICE, 2014 http://www.nice.org.uk/guidance/cg186/chapter/1-recommendations
  11. Faits fascinants sur l'arnaque du Sativex, CLEAR, 2013. http://clear-uk.org/fascinating-factsabout-the-sativex-rip-off/
  12. Le vapotage comme système d'administration de cannabis "sans fumée". Clin. Pharmacol Ther. 2007. http://www.cmcr.ucsd.edu/index.php?option=com_content&view=article&id=149:vaporization-as-aqsmokelessq-cannabis-delivery-system&catid=41:research-studies&Itemid=135
  13. Consommation de marijuana et cancer du poumon : résultats d'une étude cas-témoin. Société américaine de thoracologie
  14. Conférence internationale sur le cannabis, 2006. http://www.ukcia.org/research/MjUseAndLungCancer.php
  15. Association entre l'exposition à la marijuana et la fonction pulmonaire sur 20 ans. JAMA, 2012. http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1104848
  16. Terme de recherche PubMed "cannabinoid cancer". http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=cannabinoid%20cancer
  17. Revue des études cliniques sur le cannabis et les cannabinoïdes 2005-2009. IACM 2010. http://www.cannabis-med.org/data/pdf/en_2010_01_special.pdf
  18. La marijuana médicale contre le cancer. CA : A Cancer Journal for Clinicians, 2014. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.3322/caac.21260/abstract
  19. Cannabis et cannabinoïdes. Institut national du cancer, 2014 http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/cam/cannabis/healthprofessional/page5
  20. Le cannabis en médecine palliative : améliorer les soins et réduire la morbidité liée aux opiacés. AMJHOSP PALLIAT CARE, 2011. http://ajh.sagepub.com/content/28/5/297
  21. Début du troisième essai de phase III de Sativex sur la douleur liée au cancer http://www.gwpharm.com/Third%20phase%20III%20Sativex%20cancer%20pain%20trial%20commences.aspx
  22. GW Pharmaceuticals entame un essai clinique de phase 1b/2a pour le traitement du glioblastome multiforme (GBM) http://www.gwpharm.com/GW%20Pharmaceuticals%20Commences%20Phase%201b2a%20Clinical%20Trial%20%20for%20the%20Treatment%20of%20Glioblastoma%20Multiforme%20GBM.aspx
  23. Cannabinoïdes pour le traitement du cancer : progrès et promesses. Cancer Res. 2008. http://cancerres.aacrjournals.org/content/68/2/339
  24. Le cannabidiol induit une mort cellulaire programmée dans les cellules du cancer du sein en coordonnant le dialogue entre l'apoptose et l'autophagie. Mol Cancer Ther. 2011. http://mct.aacrjournals.org/content/10/7/1161.long
  25. Les cannabinoïdes : un nouvel espoir pour le traitement du cancer du sein ? Cancer Treat Rev. 2012 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22776349
  26. L'association du cannabidiol et du Δ9-Tetrahydrocannabinol renforce les effets anticancéreux des radiations dans un modèle de gliome murin orthotopique. Mol.Cancer.Ther. 2014. http://mct.aacrjournals.org/content/13/12/2955
  27. Marijuana médicale : dissiper la fumée. Open Neurol J. 2012. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3358713/
  28. Cannabis dans la neuropathie sensorielle douloureuse associée au VIH : un essai randomisé contrôlé par placebo. Neurologie, 2007. http://www.cmcr.ucsd.edu/images/pdfs/Abrams_2007.pdf
  29. Un essai croisé randomisé, contrôlé par placebo, de cigarettes au cannabis dans la douleur neuropathique. J.Pain, 2007. http://www.cmcr.ucsd.edu/images/pdfs/Wilsey_2008.pdf
  30. Cannabis médicinal fumé pour la douleur neuropathique chez les personnes séropositives : un essai clinique croisé et randomisé. Neuropsychopharmacologie, 2008. http://www.cmcr.ucsd.edu/images/pdfs/Ellis_2008.pdf
  31. Le cannabis fumé pour la douleur neuropathique chronique : un essai contrôlé randomisé. JAMC, 2010. http://www.cmaj.ca/content/182/14/E694.full.pdf+html
  32. Cannabinoïdes pour la douleur chronique. 2018 https://www.ti.ubc.ca/es/2019/03/13/115-cannabinoides-para-el-dolor-cronico/
  33. Consommation de cannabis chez les patients atteints de maladies inflammatoires de l'intestin. Eur J GastroenterolHepatol. 2011. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21795981
  34. Une étude pilote du GWP42003 dans le traitement symptomatique de la colite ulcéreuse. GW Pharma, 2014. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01562314
  35. Le cannabis induit une réponse clinique chez les patients atteints de la maladie de Crohn : une étude prospective contrôlée par placebo. Clin Gastroenterol Hepatol. 2013. http://www.cghjournal.org/article/S1542-3565(13)00604-6/pdf
  36. Les extraits médicinaux à base de cannabis ont-ils des effets généraux ou spécifiques sur les symptômes de la sclérose en plaques ? Une étude en double aveugle, randomisée, contrôlée par placebo sur 160 patients. MultScler, 2004. http://msj.sagepub.com/content/10/4/434.short
  37. Efficacité, sécurité et tolérance d'un extrait de cannabis administré par voie orale dans le traitement de la spasticité chez les patients atteints de sclérose en plaques : une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo et croisée. Mult Scler. 2004. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15327040
  38. Stratégies de protection des oligodendrocytes et d'amélioration de la remyélinisation dans la sclérose en plaques. Discov Med, 2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3970909/
  39. Rôle des cannabinoïdes dans la sclérose en plaques. Médicaments du SNC, 2011. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21323391/
  40. Baswan SM, Klosner AE, Glynn K, et al. Potentiel thérapeutique du cannabidiol (CBD) pour la santé et les troubles de la peau. Clin Cosmet Investig Dermatol. 2020;13:927-942. Publié le 8 décembre 2020.doi:10.2147/CCID.S286411 (psoriasis)
  41. Cannabis médical et épilepsie. 2018 https://www.epilepsy.com/learn/treating-seizures-and-epilepsy/other-treatment-approaches/medical-marijuana-and-epilepsy
  42. Devinsky, Orrin et al. "Cannabidiol in patients with treatment-resistant epilepsy : an open-label interventional trial". The Lancet. Neurology vol. 15,3 (2016) : 270-8.doi:10.1016/S1474-4422(15)00379-8.
  43. Alexis Arzimanoglou, Ulrich Brandl, J. Helen Cross, Antonio Gil-Nagel, Lieven Lagae, Cecilie Johannessen Landmark, Nicola Specchio, Rima Nabbout, Elizabeth A. Thiele, Oliver Gubbayet d'autres membres du groupe d'experts internationaux sur les cannabinoïdes. Epilepsie et cannabidiol : un guide de traitement. Troubles épileptiques. 2020;22(1):1-14.doi:10.1684/epd.2020.1141
  44. Craig A. Press, Kelly G. Knupp, Kevin E. Chapman, Parental reporting of response to oralcannabis extracts for treatment of refractory epilepsy, Epilepsy & Behaviour.
  45. Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (2019), Medical Use of Cannabis and Cannabinoids : Questions and Answers for Policy Making, Office des publications de l'Union européenne, Luxembourg.
  46. Palmieri B, Laurino B, Vadalà M. Un effet thérapeutique de la pommade enrichie en CBD dans les maladies inflammatoires de la peau et les cicatrices cutanées. Clin Ter. 2019 ;(2):93-99.
  47. La FDA et le cannabis : recherche et processus d'approbation des médicaments. Mis à jour en octobre 2020. https://www.fda.gov/news-events/public-health-focus/fda-and-cannabis-research-and-drug-approval-process.
  48. Jhawar N, Schoenberg E, Wang JV, Saedi N. The growing trend of cannabidiol in skincareproducts. Clin Dermatol. 2019;37(3):279-281
  49. Banerjee S, McCormack S. Medical Cannabis for the Treatment of Chronic Pain : A Review of Clinical Effectiveness and Guidelines [Internet]. Ottawa (ON) : Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé ; 2019 Jul 24. Disponible auprès de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK546424/
  50. Le cannabis dans les maladies inflammatoires de l'intestin : un résumé narratif. 2019 Camilo CastañedaCardona, MD,Pieralessandro Lasalvia, MD, Alexandra Ferreiros, MD,Camila Pantoja Ruiz,MD,Paula Restrepo Jiménez, MD, Diego Rosselli, MD.
  51. Cannabidiol (CBD). (2020). Publiée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK556048/
  52. Une revue critique des effets antipsychotiques du cannabidiol : 30 ans d'une enquête translationnelle. (2012). Publiée. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22716160/
  53. Statut réglementaire du cannabidiol aux États-Unis : une perspective. (2018a). Publiée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6154432/
  54. Extractions de cultivars de cannabis médical et rôle de la décarboxylation dans les réponses optimales des récepteurs. (2019). Publiée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6757234/
  55. https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Cannabidiol
  56. Traits de qualité des "huiles de cannabidiol" : teneur en cannabinoïdes, empreinte terpénique et stabilité à l'oxydation des préparations européennes disponibles dans le commerce. (2018). Publiée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6100014/
  57. Systèmes d'administration de cannabinoïdes pour le traitement de la douleur et de l'inflammation. (2018a). Publiée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6222489/
Écrit par :
Carlos Vera

Carlos Vera

PDG et fondateur

Articles connexes
Recommandé par bovē

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

0
    Votre panier d'achat
    Votre panier est videRetour à la boutique
      C'est votre première fois ici ?
      Inscrivez-vous et recevez un 10% sur votre premier achat.
        Bienvenue dans la famille